fbpx

L’art de la Guerre – Fiche de Lecture – Partie 1

Xavier THOMAS (élève de Wing Chun à Nantes) vous propose de vous résumer les enseignements de Sun-Tzu dans son livre "L'art de la Guerre".

Samuraï sur un cheval

Introduction à l'oeuvre

Sun-Tzu signifie étymologiquement Maître Sun. C’était un général chinois du VIème siècle avant J-C (544-496 av J-C) selon Wikipédia. Son vrai nom était  Sun Wu qui signifie « militaire » ou « martial » Sun. Cette double nomination renforce l’interrogation provoquée par le dualisme du sujet de l’œuvre qu’est l’art de la guerre.

Cet ouvrage de stratégie militaire est le plus ancien connu et défend l’idée que l’objectif de la guerre est de contraindre l’ennemi à abandonner la lutte sans avoir à le combattre. La ruse, l’espionnage, une grande mobilité et l’adaptation à la stratégie de l’adversaire sont l’ensemble des outils permettant d’assurer une victoire au moindre coût (humain et matériel). Les idées de l’art de la guerre ont été reprises et adaptées par beaucoup pour la stratégie et notamment la stratégie d’entreprise. L’Art de la guerre peut donc s’interpréter comme une méthode de résolution des conflits. Force est de rappeler à ce moment que l’idée de la réalité d’un conflit est à distinguer de la réalité matérielle de ce conflit comme l’histoire de la Guerre dans notre monde à travers les époques a pu nous le démontrer.

L’Art de la Guerre en chinois traditionnel se dit : Su Zi bingfa qui signifie littéralement « Méthodes militaires de Maître Sun ». Il se présente sous la forme d’un court traité de stratégie militaire dont la paternité par Sun-Tzu est toujours discutée. En effet, il apparaît plus réaliste au vue de la littérature historiographique chinoise et des découvertes archéologiques que l’œuvre s’est constituée à partir de plusieurs sources et a ensuite été enrichie par différents auteurs (philosophe et stratège) au cours de l’histoire pour nous arriver dans sa forme actuelle. Il faut de plus nuancer l’unicité de l’ouvrage car de nombreuses formes actuelles diffèrent dans leur contenu même si la structure globale reste la même.

Nous verrons dans les prochaines semaines la présentation de l’œuvre en abordant son contexte, les sources principales et le rayonnement du Sun-Tzu. Puis la structure de l’œuvre sera expliquée par les 13 chapitres consacrés à l’analyse rationnelle des différentes dimensions de la guerre qui permettent de dégager les principes de la poursuite intelligente d’une guerre victorieuse.

Pour conclure cette introduction, il est important de définir que les préférences stratégiques de Sun-Tzu sont la victoire sans effusion de sang qu’il conçoit la guerre comme la poursuite d’un avantage comparatif et la victoire comme l’anéantissement de la volonté de se battre chez l’adversaire. La stratégie de Sun-Tsu contrairement à un autre grand stratège comme C von Clausewitz repose largement sur la maîtrise de l’information et les actions psychologiques qui permettent de prendre l’ascendant sur l’adversaire et de déterminer à l’avance l’issue d’une campagne militaire.

Enfin, voici une clé centrale de la philosophie de Sun-Tzu : Il faut respecter les paysans des territoires conquis car ils fourniront la nourriture nécessaire aux soldats de l’armée.

Cette version est traduite du chinois par Jean Lévi, directeur de recherche au CNRS et spécialiste de la Chine Ancienne. Il propose en plus du texte un commentaire de l’oeuvre.

Laisser un commentaire

Fermer le menu