Faut-il pratiquer un ou plusieurs arts martiaux ?

Pour savoir se défendre efficacement on peut vite penser qu'il est important de connaitre toutes les techniques. Mais est-ce que cela nous rend plus fort et apte à nous défendre correctement, faut-il pratiquer un ou plusieurs arts martiaux ?

Cette vidéo est un LIVE avec le Sifu Johann Mau et un enseignant de Sanda, Olivier de Esprit Martial.

Qu'entend-on par "pratiquer plusieurs arts martiaux" ?

Certains vont suivre plusieurs formations simultanément et d’autres vont changer tous les ans.

Suivre plusieurs formations peut- être quelque chose qui génère de la confusion pour l’élève : la logique d’un art martial est souvent liée à une stratégie et une tactique particulière.

Prenons le cas du Wing Chun, il va s’agir de casser la distance pour être en contact avec les bras du partenaire, pour le submerger ensuite de coups en utilisant ses réflexes tactiles. Pour se faire, les techniques de déplacements et positions du corps vont être en accords avec la stratégie et tactique utilisée.

Pour un autre art martial, prenons un Kung Fu du Nord de la Chine qui favorise les distances longues, les positions basses et les coups de pieds hauts, la position haute du Wing Chun pourrait sembler être une hérésie. Les positions et les déplacements d’un art martial ou sport de combat qui privilégie les échanges de coups à distance longue ou intermédiaire, vont devoir permettre une grande mobilité pour que le pratiquant puisse sortir et rentrer rapidement dans une distance où l’on peut toucher l’adversaire.

Oui mais pourquoi ne pas tout faire, tout entraîner ? C’est la question que l’on peut poser. doit-on devenir un spécialiste ou un généraliste ?

Il est déjà peu aisé d’assimiler des déplacements, des positions, d’acquérir une logique de combat, une distance. Imagines la difficulté si on devait en assimiler plusieurs en même temps.

Quels sont les principaux avantages / désavantages de pratiquer plusieurs arts martiaux ?

L’avantage est d’apprendre à s’adapter aux différentes distances de combat.

Il y a 5 distances :
1. Distance longue / pied
2. Distance intermédiaire / Poing, claque, manchette
3. Distance courte / coude, genoux, tête
4. Distance de lutte / projection, étranglement, clé de bras.
5. Distance au sol / soumission

Être capable de s’adapter à toutes les distances de combat peut être un avantage et un inconvénient. On ne sera jamais aussi fort qu’un spécialiste de l’une des distances mentionnées.

Un lutteur ne sera jamais aussi bon qu’un boxeur à une distance de poing. Il aura tout intérêt à ne pas chercher à s’adapter à la distance du boxeur et de l’amener dans son domaine en cassant rapidement la distance pour être plus proche. 

On peut m’opposer que les pratiquants de MMA sont bons dans toutes les distances. Ce n’est pas vrai, ils ont souvent une distance où ils excellent et d’autres en point faible. Ils vont devoir faire des choix stratégiques lors de leur préparation, travailler les points faibles ou renforcer les points forts.

La stratégie d’un puncheur face à un grappleur peut être d’augmenter encore plus la puissance de ses frappes à l’entrainement pour mettre K.O son adversaire lors du combat, lorsqu’il tentera de s’approcher pour lui faire une projection.

Nous l’avons vu lors du combat Mcgregor vs Khabib. Mcgregor a tout fait pour ne pas aller au sol contre Khabib le lutteur. Il a essayé de le maintenir à distance de frappe pied/poing, mais ça n’a pas fonctionné et nous connaissons le résultat. Kahbib finit pas un étranglement au sol et Mcgregor perd le combat. Le résultat aurait il été meilleur si il s’était plus entraîné à la lutte et au grappling ? Je pense que non, car il n’aurait jamais rattrapé le retard face à un adversaire, qui lui, avait des années d’expériences dans sa distance.

C’est pour cette raison qu’il est préférable d’être bon dans une distance et d’adapter sa tactique de combat en conséquence.

Si l’on reprend l’exemple du Wing Chun, j’ai lu sur des forums, des idiots dire que le Wing Chun ne pouvait rien contre un pratiquant de Taekwondo car, il ne pourrait pas l’approcher.

La stratégie du Wing Chun est de casser la distance pour justement ne pas rester longtemps à porter de coup de pieds qui pourraient être dévastateur. Dans le cas Wing Chun VS Taekwondo, celui qui gagnera c’est celui qui arrivera à garder sa distance de combat, cela dépendra des qualités du pratiquant et non de l’art martial pratiqué.

N'a-t-on pas le risque de ne jamais vraiment pouvoir maitriser les concepts techniques d'une discipline et de ce fait perdre en efficacité en combat ?

Il est difficile de répondre par oui ou par non, car il y a de nombreux paramètres à prendre en compte. Tout dépend des aptitudes de base du pratiquant, du physique et du temps qu’il pourra dédier à son entrainement.

Si l’on prend le cas d’une personne qui a une vie très active, une famille, une activité salariale etc… elle ne pourra pas dédier plus de 3/4h par semaine à son entrainement martial. Dans ce cas précis, je lui conseillerais de pratiquer un seul art et de s’y accrocher. 

Beaucoup de pratiquants vont tourner en rond et ne vont jamais devenir efficace car, ils vont penser que tel art martial est meilleur que celui qu’ils pratiquent. Ils vont arrêter, changer et recommencer à zéro, leur nouveau prof va leur dire que tout ce qu’ils ont appris dans ce qu’il avait pratiqué avant est faux, et que maintenant il faut pratiquer à sa façon.

Beaucoup de professeurs d’arts martiaux ne réfléchissent pas en terme de tactique et de stratégie. Ils devraient dire pour telle distance, ce que tu as appris n’est pas adapté. Tous les arts martiaux sont bons, dans la mesure où l’entrainement est réaliste. Ce qui va faire la différence c’est la façon dont on s’entraîne.

Il y a une autre pensée, qui est à mon avis fausse et qui est une catastrophe pour la diversité martiale. L’idée qu’il faut “aller choper des trucs”, j’ai souvent entendu ça “j’y vais pour chopper quelques trucs”.

Il faut bien comprendre que les techniques des arts martiaux s’inscrivent dans une cohérence globale. Une technique n’arrive pas toute seule, elle fonctionne parce tout le reste est juste, la distance, la position etc…

Nous avons donc des consommateurs de stage, ils vont voir un peu tout le monde en espérant “choper des trucs“, sans forcément avoir une base solide. Les techniques qu’ils auront “chopées” seront souvent inutilisables hors contexte.

Pour pondérer mon propos, j’ai également rencontré de très bons pratiquants qui avaient cette démarche mais, c’était des personnes qui avaient déjà un sérieux bagage dans un style et qui avait acquis un certain sens du combat.

Je finirais par une question que je pose aux instructeurs qui ont ce type de démarche, celle d’aller voir partout. Qu’est ce que vous enseignez et qu’est ce que vos élèves pourrons enseigner après vous?

Pour aller plus loin je te conseille la lecture de l’Ultime Encyclopédie des Arts Martiaux

(redirection vers le site Amazon)

Cet article a 1 commentaire

  1. Alix J.

    Bonjour,

    Il faut connaitre les lacunes de son art martial et savoir ou les combler. Il faut également déterminer quelle est la finalité de la pratique. Si le but est de maitriser son art et de pouvoir s’amener à faire des combats libre, dans ce cas les ajouts ne seront pas forcément énormes.
    Pratiquant le Wing Chun, nous avons déjà de la longue distance et à la distance courte (coude/tête). Les rajouts sont surtout au niveau des techniques de saisie, certaines clés; mais l’utilité de maîtriser des coups de pieds haut par exemple reste limité en pratique.

    Donc pour résumé, Maitriser 1 art est suffisant et déjà un défi en soit, puis combler les manques en fonction de l’objectif. Maitriser plusieurs arts me semble difficile à moins qu’ils soient suffisament proche, autrement je vois mal comment différents réflexes, postures, gestes, … puissent être naturels sans changer son propre logiciel.

Laisser un commentaire